Profil des chauffeurs de taxi

Si pendant longtemps la profession de chauffeur de taxi a été essentiellement un métier dit de reconversion, il se trouve que depuis une bonne décennie le secteur a tendance à se rajeunir, restant cela-dit encore aujourd'hui autour de 47 ans au niveau de la moyenne d'âge.

Si le métier a été pendant très longtemps été trusté par les hommes il se trouve qu'on peut également noter depuis une décennie une augmentation du nombre de femmes licenciées, même si elle ne représente au final qu'à peine 10% des chauffeurs.

Examen et formation continue

Depuis mai 2008, la réglementation édictée par la loi n° 95-66 du 20 janvier 1995 à été quelque peu revue et de nouvelles règles encadrent le métier de chauffeur de taxi. Les chauffeurs doivent notamment à présent suivre une formation continue pendant 5 ans. Aussi, les nouveaux chauffeurs doivent passer un examen spécifique et donc obtenir leur CCPCT (Capacité Professionnelle du Conducteur de Taxi), délivrée par la préfecture du département d'exercice. En savoir plus

Pour passer le CCPCT un chauffeur doit être titulaire du permis B depuis au moins 3 ans et ne pas avoir commis de délits grave, il doit aussi avoir effectué une visite médicale, avoir un casier judiciaire vierge et avoir passé un diplôme de secourisme.
Le CCPCT se déroule en deux parties :
  • L'examen départemental : valable uniquement sur le département en question
  • L'examen national
Les deux examens sus cités comportent des épreuves théoriques et pratiques.
La formation elle dure entre 200 et 400 heures en fonction des modules et se déroule sur 3 à 6 mois.
Notez également que le coût de la formation avoisine les 2000 euros TTC.

Quid des VTC ?

Depuis quelques années les sociétés VTC (véhicules de tourisme avec chauffeurs) empiètent sur les plates bande des chauffeurs de taxis en se positionnant souvent comme une alternative moins couteuse que ces derniers. Les gouvernements successifs ont bien pris conscience de cette nouvelle concurrence et tache tant bien que mal de légiférer afin de protéger la profession et l'activité.
La réglementation ne pouvant pas tout faire on remarque également de plus en plus d'opération policières visant à amender les chauffeurs VTC ne respectant pas les consignes d'activité.
Notons également qu'outre les VTC on retrouve également de nombreux chauffeurs illégaux mis en exergue par des services comme UBER X (qui n'existe plus) et autres similaires. Dans ce cadre les chauffeurs illégaux peuvent être condamné jusqu’à un an de prison et 15.000 euros d’amende.

Statut d'un chauffeur taxi

Afin d'exercer un chauffeur taxi doit posséder son permis de conduire, sa CCPCT mais aussi une licence.Cette dernière étant cessible peut se racheter auprès d'un autre chauffeur, ou s'obtenir gratuitement en s'inscrivant auprès de votre mairie, en attente de la volonté des élus de créer une nouvelle licence de taxi.
Sans licence un chauffeur pourra tout de même exercer son métier en devenant locataire ou salarié d'une société ou d'un artisan taxi. Il est également possible d'acheter une licence en coopérative, cad dans un groupement se partageant son bénéfice.
Dans les chiffres les taxis sont à artisans, 11% locataire, 3% salariés et 6% coopérateurs.

Devenir taxi à Lyon

Afin de faire un point et conclure nous allons prendre l'exemple d'un jeune chauffeur souhaitant devenir chauffeur à Lyon.

Le jeune chauffeur devra dans un premier temps pouvoir prouver 3 années d'obtention de permis sans faute grave (alcool ,drogue ...), le chauffeur devra ensuite passer son brevet de secourisme (formation Prévention et secours civiques de niveau 1), obtenir un extrait de son casier judiciaire (vierge) et se présenter pour l'obtention du CCPCT.

Pour préparer son Certificat capacité professionnelle de conducteur de Taxi sur Lyon, dans le Rhône, le chauffeur pourra se préparer en candidat libre ou s'inscrire auprès d'un organisme agréé de formation (parfois pris en charge pour les chômeurs notamment). Pour l'examen à proprement parler c'est à la préfecture que se passe l'inscription. 2 cessions sont généralement proposées par année. Les dossiers d'inscription peuvent être téléchargés ou retirés à la Préfecture du Rhône, 106 rue Pierre Corneille 69003 LYON, auprès de l'accueil général entre 9 heures et 15 heures du lundi au vendredi.

Une fois l'examen obtenu le jeune chauffeur devra soit trouver un patron, soit louer un véhicule et une licence, soit en acheter une (ainsi qu'une véhicule) et dans le cas de Lyon cela ne servira à rien de s'inscrire en mairie car votre cas ne serait traité dans le meilleur des cas que dans quelques dizaines années.
Le jeune chauffeur de taxi lyonnais devra donc acquérir une licence au prix de marché auprès d'un chauffeur arrêtant son activité. Lyon est par chance une des villes où les licences se négocient le moins cher, autour de 80.000 euros.

Une fois la licence en poche il faudra se faire une place au milieu des autres taxis et VTC afin de pouvoir faire la navette Lyon aéroport, assurer les transports inter-urbains, opérer des visites guidées de Lyon, opérer spécialement à partir des gares Part Dieu et Perrache ... etc.