Le plâtrier plaquiste est donc un professionnel du second oeuvre qui agence les intérieurs en posant les isolants, en montant les cloisons (en plâtre, etc.) et en assurant les finitions (peinture, etc.). Il s'y entend en isolation intérieure et en pose de menuiseries.

Il travaille en équipe et sur des chantiers, et une bonne condition physique lui est nécessaire pour porter les charges lourdes. Avoir une bonne circulation sanguine et avoir une tension stable sont deux éléments recommandés pour pouvoir exercer ce métier. Il y a en effet des mouvements spécifiques à effectuer (bras en l'air, etc.).

Souvent, les plâtriers plaquistes sont aussi peintres en agencement d'intérieur. Leur travail s'effectue dans la poussière, dans la laine de verre et dans les émanations de peinture, d'où l'intérêt pour eux de porter un masque.

Ce sont des professionnels très recherchés car le secteur du bâtiment est souvent en pénurie de main-d'oeuvre, bien que le marché de l'immobilier ne soit plus aussi flamboyant.

L'accès au métier

Le CAP Plâtrier-Plaquiste ou le BP Plâterie et Plaques ou encore le Bac pro Aménagement et Finitions du Bâtiment est souhaité mais si une personne est très motivée et en bonne condition physique, elle peut apprendre le métier de base ' sur le tas '.

Pour exercer à son compte, il faut se déclarer à La Chambre de Métiers et de L'Artisanat et suivre un stage obligatoire préalable à l'installation (gestion comptable, etc.).

Les contraintes du métier

Le travail s'effectue en journée et en semaine, sauf organisation spécifique à l'entreprise.

Les lieux d'exercice

  • Au sein de toutes les entreprises de BTP/TP, petites, moyennes ou grandes
  • Dans les agences d'intérim qui apprécient ces profils
  • Au sein des Collectivités Territoriales
  • Au sein d'organismes de gestion d'appartements et de maisons