Artisans et restaurateurs mettent en avant la défense de l’emploi

mercredi 7 décembre 2005

Dans le bâtiment, les artisans comme les grandes entreprises affirment que la TVA à 5,5 % a permis de créer plusieurs dizaines de milliers d’emplois. Dans le secteur hôtelier, les organisations patronales et les pouvoirs publics s’engagent sur la création de 40.000 postes.

«  Si la TVA à 5,5 disparaît, cela fera des chômeurs à la pelle.  » Les artisans français du bâtiment ont choisi le mode de l’humour, sous forme de cartes postales distribuées aux décideurs, à 250.000 exemplaires, pour défendre le dossier de la TVA à taux réduit, obtenue en 1999. Qu’ils soient membres de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) où de la Fédération française du bâtiment (FFB), ils avancent un bilan positif. Les premiers estiment que la mesure a contribué à générer 2 milliards d’euros de travaux d’entretien supplémentaires par an, et à créer 53.000 postes, dont 40.000 dans le bâtiment, soit 4 % des effectifs. Les seconds, qui comptent aussi les grands groupes du BTP, avancent le chiffre de 65.000 emplois. Quant au travail au noir, censé disparaître avec une fiscalité réduite, puisque sur le papier les particuliers n’ont plus d’intérêt financier à choisir une entreprise non déclarée, le secteur du bâtiment estime que 7.000 à 10.000 emplois sont sortis de l’économie souterraine.

Pour mieux marquer les esprits, les deux fédérations ont calculé les pertes potentielles de postes en cas de refus de l’Ecofin de reconduire la TVA à taux réduit. Craignant un choc psychologique pour les clients qui refuseraient de voir leur facture gonfler le 1er janvier, la Capeb affirme qu’en cas de retour en arrière 65.000 emplois pourraient être détruits, et la FFB, 85.000, chiffres à mettre en perspective avec la bonne santé de l’immobilier et l’existence du plan Borloo de rénovation des quartiers en difficulté.

Reprise de l’investissement

La question de l’emploi est également au coeur de la problématique pour le secteur des hôtels, cafés et restaurants, pour lequel l’application du taux de TVA de 5,5 % aux services de restauration à table (hors boissons alcoolisées) constitue une vieille promesse du président de la République. Les organisations patronales et les pouvoirs publics se sont en effet engagés sur la création de 40.000 postes, un dispositif de suivi devant même être instauré. L’Umih, la principale organisation professionnelle, avance aujourd’hui le chiffre de 100.000 emplois ! Le secteur a une forte capacité à embaucher, avec 150.000 postes créés au cours des dix dernières années, ses besoins actuels étant évalués à 60.000.

A l’exception d’une seule petite organisation, le patronat a conditionné une amélioration de la grille salariale à l’obtention de la baisse de la TVA, alors même qu’une négociation est en cours. Les syndicats sont, pour leur part, susceptibles de réévaluer leurs attentes en cas de feu vert de l’Ecofin... Le patronat annonce aussi une reprise de l’investissement et des baisses de prix. Mais au-delà des promesses, les retombées d’une mesure tant attendue vont d’abord dépendre de l’attitude des quelque 170.000 entreprises concernées. Ce qui pourrait susciter des incompréhensions et des déconvenues tant chez les salariés que chez les consommateurs.

J. CH. ET C. P. Les echos

Dans la même rubrique

  • Le maître mot de tous les candidats à l’élection présidentielle 2007 est "relance". Relance de l’économie, relance des mesures sociales, relance de la politique de répression ... tous les thèmes sont (...)
  • A l’aube du XXIe siècle, l’artisanat se crée une nouvelle image. Certains métiers traditionnels se transforment ou se diversifient grâce aux nouvelles technologies. Et parallèlement, le développement (...)
  • Toutes les enquêtes menées auprès des chefs d’entreprises et notamment des artisans ces dernières années, montrent que le principal obstacle au développement de leur activité reste le poids excessif des (...)
  • Darchitectura s’est vu confié en 2017/2018 la réalisation des parties architecturales intérieure et exts. Il en découle un espace novateur dans le monde hôtelier. On retrouve une ambition (...)
  • Renaud Dutreil, ministre des PME, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions Libérales visite samedi 22 juillet 2006 à 9h30 la maison des Compagnons du Devoir de Cepoy dans le Loiret. Cette (...)