Les grandes traditions du sapin de Noël français

mercredi 7 octobre 2020

Décoré d’ornements, de guirlandes scintillantes, de lumières clignotantes et surmonté d’une étoile, le sapin de Noël est devenu une figure emblématique des fêtes de fin d’année.

D’où vient le sapin de Noël ?

En France, le sapin de Noël est apparu pour la première fois en Alsace en 1521. L’arbre, couvert de pommes rouges et de lumières, symbolisait le lieu où se trouvait le Christ : "la lumière qui illumine le monde". Un sapin est le meilleur choix car il ne perd pas ses feuilles pendant l’hiver. C’est un symbole d’espoir et de vie éternelle.

C’est une tradition plus séculaire que celle de la Nativité et donc plus appréciée par les pays protestants comme l’Allemagne du Nord et la Scandinavie.

Les origines du sapin de Noël français

La tradition des sapins de Noël décorés était déjà très répandue dans les pays du sud de l’Allemagne dès le XVIe siècle. C’est dans la ville alsacienne de Sélestat qu’est apparue la première mention officielle d’un arbre décoré dans l’histoire.

La Bibliothèque Humaniste conserve une copie du registre de la ville datant du 21 décembre 1521. Le document contient une mention de l’arbre à la page 239. Il fait référence à quatre schillings donnés aux gardes forestiers pour surveiller la forêt environnante le jour de Noël.

La ville de Sélestat a dû dépenser cet argent afin de protéger ses bois de la ruine. En fait, la demande de sapins de Noël était si forte en Alsace que les arrêtés locaux stipulaient que "nul ne peut avoir pour Noël plus d’un buisson de plus de huit longueurs de chaussure (4 pieds)". En effet, plus que de décorer une simple branche, les habitants de Sélestat ornaient tout l’arbre (qui était suspendu au plafond). C’était le début d’une nouvelle coutume qui allait se perpétuer au fil des siècles dans le monde entier.

Il est intéressant de noter que la Réforme a renforcé la tradition de l’arbre de Noël. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les dirigeants de la Réforme ont refusé d’utiliser une crèche à Noël. Ils ont plutôt encouragé le développement de la tradition de l’arbre, car elle ne représente ni Jésus ni aucun autre personnage biblique. Martin Luther a suggéré que l’arbre de Noël pourrait être un symbole de l’Arbre de vie dans le jardin d’Eden.

La légende veut que Martin Luther se soit un jour promené dans la forêt la veille de Noël. Soudain, il a été impressionné par la beauté du ciel étoilé qui scintillait entre les branches des arbres à feuilles persistantes. Ému par ce spectacle, il décida de couper un petit arbre pour le ramener chez lui. Là, il a recréé la belle vue en plaçant des bougies sur les branches de l’arbre.

La tradition du sapin de Noël à Paris

Le soutien des dirigeants réformistes à l’arbre de Noël a expliqué pourquoi il s’est rapidement répandu dans les États d’Europe du Nord de confession protestante, comme l’Allemagne du Nord et la Scandinavie.

Rappelons qu’au XVIe siècle, l’Alsace faisait entièrement partie du monde germanique, tout comme les duchés voisins de Lorraine et d’Autriche. La tradition qui consiste à dresser un sapin décoré la veille de Noël s’est maintenue tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles. Au contraire, la tradition n’a jamais vraiment percé en France.

Noël à Versailles

Tout cela allait commencer à changer lorsque Maria Leszczyńska, l’épouse polonaise du roi Louis XV, a introduit la tradition à Versailles. Bien qu’avec très peu de succès. Dans les années 1830, la belle-fille allemande du roi Louis-Philippe, la duchesse Hélène Louise de Mecklembourg-Schwerin, installe à nouveau un sapin de Noël dans le palais des Tuileries. Mais cela n’est pas devenu une tradition bien ancrée dans la population française.

La tradition alsacienne du sapin de Noël introduite à Paris

Ce n’est qu’avec la guerre franco-prussienne (1870-71) que l’arbre a commencé à devenir populaire à Paris et en France.

Cette situation est due à l’afflux d’immigrants fuyant les régions de Lorraine et d’Alsace. Les personnes qui refusaient de devenir prussiennes devaient quitter leur pays. Ils ont apporté avec eux la tradition germanique de l’arbre. Dans les années 1930, l’arbre est donc devenu partie intégrante des célébrations de Noël dans chaque foyer français.

Une tradition de Noël universelle en France

Aujourd’hui, toutes les grandes villes de France installent des sapins de Noël gigantesques dans les lieux publics. Vous trouverez de magnifiques sapins décorés près des cathédrales de Paris (jusqu’en 2018) ou de Rouen, de la place Kléber à Strasbourg ou de la place Stanislas à Nancy.

Selon la tradition, un sapin de Noël ne doit pas être monté avant la veille de Noël (24 décembre) et doit être démonté douze jours après Noël, c’est-à-dire à l’Epiphanie. Cependant, la plupart des ménages français font installer leur sapin de Noël vers le 15 décembre et les décorations de rue sont généralement installées dès le premier dimanche de l’Avent.

Types de sapins de Noël vendus en France

Il existe trois espèces : l’épicéa, le Nordmann et le sapin noble.

Choisir son sapin de Noël

La plupart des personnes qui veulent avoir un vrai sapin à la maison se rendent à un stand de sapin de Noël situé dans un supermarché local, un marché de Noël ou un endroit spécifique désigné par la municipalité. Là, le vendeur sait souvent comment tailler correctement un sapin de Noël. Cela peut faire une énorme différence lorsqu’il est installé à la maison.

Quant à nous, lorsque nous vivions dans les Alpes, nous prenions notre sapin sur la place du village. Les forestiers avaient coupé les arbres pour nettoyer la forêt environnante et laissé les petits arbres à la disposition de tous les villageois.

La légende du sapin

On dit que Saint Boniface, un moine missionnaire allemand de la fin du 7ème siècle, voulait convaincre le druide autour de Geismar en Allemagne que le chêne n’était pas un arbre sacré. Pour ce faire, il a coupé un chêne. En tombant, l’arbre a tout écrasé sur son passage, à l’exception d’un jeune sapin.

C’est à ce moment-là que la légende a commencé, lorsque Saint-Boniface a proclamé que la survie du sapin était un miracle et a déclaré : "À partir de maintenant, nous appellerons cet arbre l’arbre de l’Enfant Jésus". Depuis lors, partout en Allemagne et en Alsace, de jeunes sapins sont plantés pour célébrer la naissance du Christ.

Décorations pour le sapin

Les premiers arbres de Noël alsaciens utilisaient des pommes rouges (symbole de la tentation) et des biscuits ressemblant à des "hôtes" (symbole de la rédemption).

À l’origine, les sapins de Noël étaient décorés avec des produits naturels et comestibles tels que :

  • les pommes,
  • des bonbons,
  • des gâteaux secs en forme de personnages,
  • les noix,
  • pommes de pin,
  • poupées mais aussi
  • des rubans et des papiers de couleur (en forme de fleurs d’Alsace).

Cependant, la légende raconte une grande sécheresse dans les Vosges du Nord en 1858.

Cela signifiait une mauvaise récolte, sans pommes ni autres fruits. Les habitants ne pouvaient donc pas les utiliser pour leurs décorations de Noël. Un souffleur de verre du village lorrain de Goetzenbruck, près de Meisenthal, a imité la forme des fruits. Il a utilisé ses instruments de soufflage de verre pour créer de superbes boules de verre.

La tradition qui consiste à dresser un sapin décoré la veille de Noël s’est maintenue tout au long d’ XVIIe et XVIIIe siècles. Au contraire, la tradition n’a jamais vraiment percé en France.

Aujourd’hui, il existe une vaste gamme de décorations disponibles dans les marchés de Noël et les grands magasins. Les plus chères (et les plus fragiles) sont en verre, tandis que les moins chères sont en plastique. Les décorations en chocolat enveloppées dans du papier d’aluminium sont également très populaires en France... Il est évident que les enfants les apprécient beaucoup !

Dans la même rubrique

  • La révolution numérique a permis aux imprimeurs de nous proposer des formats d’impression novateurs, toujours plus grands, toujours plus rapidement et de moins en moins chers. _ Le Kakémono est un (...)
  • Connaître un serrurier fiable peut faire toute la différence si vous vous enfermez accidentellement hors de votre maison, de votre entreprise ou de votre véhicule. Grâce à ses outils et à ses (...)
  • Selon l’étude 2018 du syndicat de surveillance Artisanté, il semblerait que 39% des professionnels des professions artisanales se déclarent en mauvaise santé. Les intéressés mettent en avant les (...)
  • Lorsque vous regardez le haut de votre maison, que voyez-vous ? La plupart diront simplement "le toit". D’autres peuvent répondre tout à fait différemment, par exemple en disant "problèmes", (...)