Comment devenir un artisan en partant de zéro en 2022 ?

mardi 2 novembre 2021

L’artisan est une personne qui exerce pour son propre compte un art mécanique ou un métier manuel qui requiert une certaine qualification professionnelle. Que vous soyez dans la vie active ou que vous soyez étudiant, devenir artisan, c’est possible juste en quelque temps. Si vous désirez vous réorienter dans l’artisanat, découvrez dans ce contenu les informations indispensables sur les formations et les diplômes requis pour devenir un artisan.

Les formations et diplômes pour devenir artisan

Pour devenir un artisan , vous n’avez pas forcément besoin de faire de longues études, même si cela est conseillé. Toutefois, il est essentiel de justifier vos compétences grâce à des certifications ou des diplômes. Si vous avez déjà de l’expérience dans le secteur dans lequel vous désirez devenir artisan , vous pouvez demander l’obtention d’un CQP (Certificat de Qualification Professionnelle). 

Il s’agit d’un diplôme de niveau 5 équivalent au CAP que vous pouvez avoir auprès de votre branche professionnelle. Si vous prouvez une expérience d’au moins 3 ans dans le métier artisanal que vous ciblez, vous pourrez exercer le métier sans passer de diplôme. Mais, si vous n’êtes pas dans les cas précédents, vous devez obtenir des diplômes.

Pour cela, vous devez d’abord choisir le métier dans lequel vous souhaitez être formé. Ensuite, vous devez vous inscrire dans un CFA (Centre de formation d’apprentis) ou un Greta (Groupement d’établissements) pour vos études. À l’issue de cette formation, vous aurez les diplômes requis pour exercer le métier artisanal. Ces qualifications sont indispensables pour la création d’entreprise.

Le choix du statut juridique de son entreprise

Pour créer votre entreprise dans le bâtiment, vous devez choisir le statut de votre société. Vous avez le choix entre plusieurs statuts. Chaque statut possède ses caractéristiques. C’est pour cela qu’il est important de bien sélectionner le statut qui correspond à ce que vous recherchez. Les statuts juridiques de l’entreprise diffèrent en fonction :

  • Du nombre d’associés (1 seul, 2 ou plus) ;
  • Du régime social (salarié ou chef d’entreprise) ;
  • De la direction et de la prise de décision ;
  • De la responsabilité du dirigeant et des salariés ;
  • Du capital à apporter lors de la création de l’entreprise ;
  • De la rémunération ;
  • Du régime fiscal ;
  • Des frais de gestion et de fonctionnement.

Il existe deux grandes catégories de statuts juridiques parmi lesquelles vous pouvez choisir.

Entreprise en nom propre

Avec une entreprise en nom propre, vous avez deux types d’entreprises :

  • EI (Entreprise Individuelle) ;
  • EIRL/EURL (Entreprise Individuelle/Unipersonnelle à responsabilité limitée).

Avec une EI, vous pouvez être autoentrepreneur et détenir une microentreprise. C’est la forme juridique la plus simple concernant les démarches d’immatriculation et la moins coûteuse.

Entreprise personne morale

Dans ce cas, il existe quatre types d’entreprises :

  • SARL (Société à responsabilité limitée) ;
  • SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) ;
  • SAS (Société par actions simplifiée) ;
  • SA (Société anonyme).

Avant de pouvoir accéder à l’un de ces statuts, il faut forcément être au moins deux associés lors de la création d’entreprise . Toutefois, les frais de création et gestion sont plus coûteux que l’entreprise en nom propre.

L’inscription au répertoire des métiers

Pour devenir artisan , vous devez faire la demande d’immatriculation au Répertoire des Métiers auprès de la chambre des Métiers. Cette demande devra être faite au moins un mois avant le début de l’activité après la création d’entreprise .

Afin que la demande soit acceptée, il est nécessaire de pouvoir fournir un diplôme (CAP au minimum) ou une certification équivalente (3 ans d’ancienneté dans le domaine visé). Pour vous accompagner dans les démarches de création d’entreprise , vous pouvez vous adresser :

  • À la CAPED de votre département ;
  • À la chambre des métiers ;
  • Au Greta et aux OPCA de votre domaine.

Ils se chargeront de vous donner des renseignements sur les possibilités qui s’offrent à vous pour la création d’entreprise .

La souscription aux assurances obligatoires

En tant qu’ artisan , vous devez souscrire à certaines assurances obligatoires dès le lancement de votre activité. L’assurance décennale et l’assurance responsabilité civile professionnelle par exemple sont très importantes pour un autoentrepreneur. En réalité, les métiers du bâtiment ne sont pas sans risques. C’est pour cela qu’il est préférable de toujours se préserver.

Dans la même rubrique

  • Vous êtes nombreux, visiteurs du site, professionnels et particuliers, à être particulièrement intéressés par la thématique de la rénovation de maison. Dans cet article nous allons analyser la thématique (...)
  • En tant qu’éléments soumis aux intempéries et à l’usure d’une utilisation régulière, nos motos peuvent souffrir de différents types de défauts. Dans un monde de plus en plus dominé par l’électronique, voici (...)
  • Implantée depuis plus de 10 ans à Mésanger dans le pays d’Ancenis, Régis Hallet est une entreprise qui intervient sur différents types de travaux de plomberie sanitaire, chauffage et électricité (...)
  • Le 3 avril prochain, les professionnels indépendants éliront les administrateurs de caisse du RSI. La réforme du Régime social des indépendants prendra alors tout son sens puisque les représentants (...)
  • Découvrir ce territoire et ce terroir, qu’est la Bourgogne, c’est s’imbiber de sa splendeur. Réputée de longue date pour sa gastronomie, ses artisans et sa culture, cette région est aussi riche de son (...)